Transe et incorporations

Publié le par Muse

Qu'est-ce qu'une transe ?

Que peut faire un médium pendant la transe ?

Qu'est-ce qu'une incorporation ?

Les Esprits peuvent-ils parler à l'aide du corps du médium ?

Voici quelques questions que vous pouvez vous poser et dont vous trouverez des réponses .

L’état de transe est ce degré du sommeil magnétique qui permet au corps fluidique de s’extérioriser, de se dégager du corps charnel, et à l’âme de revivre un instant de sa vie libre, indépendante. La séparation, toutefois, n’est jamais complète ; la séparation absolue serait la mort. Un lien invisible continue à rattacher l’âme à son enveloppe terrestre. 
Semblable au fil téléphonique qui assure la transmission entre deux points, ce lien fluidique permet à l’âme affranchie de transmettre ses impressions par les organes du corps endormi. Dans la transe, le médium parle, se déplace, écrit automatiquement mais, de ces actes, aucun souvenir ne subsiste au réveil.

 Dessin obtenu dans la transe

 Dessin obtenu dans la transe

 

L’état de transe peut être provoqué, soit par l’action d’un magnétiseur, soit par celle d’un Esprit. Sous l’influx magnétique, les liens qui unissent les deux corps se relâchent. L’âme, avec son corps subtil, s’émancipe peu à peu ; elle recouvre l’usage de ses puissances cachées, comprimées par la matière. Plus le sommeil est profond, plus le dégagement s’accentue. Les radiations de la psyché s’accroissent et s’étendent ; un état de conscience différent, des facultés nouvelles apparaissent. Tout un monde de souvenirs et de connaissances, ensevelis dans les profondeurs du moi, se réveillent. 
Le médium peut, sous l’empire d’une volonté supérieure, se reconstituer dans une de ses existences passées, la revivre dans tous ses détails, avec les attitudes, le langage, les attributs qui caractérisent cette existence. En même temps, les sens psychiques entrent en jeu. La vision et l’audition à distance se produisent, d’autant plus claires et plus précises que la sortie de l’organisme est plus complète. 
Dans le corps du médium, momentanément abandonné, une substitution d’Esprit peut se produire. C’est le phénomène des incorporations. L’âme d’un défunt, même l’âme d’un vivant endormi, peut prendre la place de l’esprit du médium et se servir de son organisme matériel pour communiquer par la parole et le geste avec les personnes présentes. 
L’Esprit du médium reste presque toujours mêlé au groupe spirituel qui entoure son enveloppe terrestre. Parfois, son influence se fait encore sentir sur le corps, vers lequel le ramènent ses habitudes. Son action devient alors une gêne, une entrave pour les communicants. 
Quand la force occulte est insuffisante et la transe peu profonde, le dégagement reste incomplet ; les personnalités se mêlent. Le médium résiste à l’action extérieure de l’Esprit, qui fait des efforts pour prendre possession de ses organes. Ses radiations psychiques se confondent avec celles du manifestant. De là, dans des proportions variables suivant les cas, deux parts à faire dans les manifestations : celle du médium et celle de l’Esprit, opération délicate, qui exige une connaissance approfondie des personnalités en présence et des conditions du phénomène.

 

 Ecriture obtenue dans la transe

Ecriture obtenue dans la transe

 

L’état de transe facilite la suggestion. Dans les phénomènes de l’écriture et de la table, le médium reste en pleine possession de son moi, de sa volonté et pourrait rejeter les inspirations qu’il reçoit. Dans le dégagement, il n’en est plus ainsi. L’âme s’est retirée et le cerveau matériel reste livré à toutes les influences. Lorsqu’il est insuffisamment protégé, le médium peut subir aussi bien des suggestions d’un magnétiseur que celles des assistants ou celle d’un Esprit. C’est ce qui, jette parfois une certaine confusion dans l’interprétation des faits et nécessite, de la part des expérimentateurs, une grande prudence.

En tel cas, il est difficile de distinguer la nature réelle des influences agissantes. Hudson Tuttle, médium lui-même, le fait remarquer dans son livre : Arcana of spiritualism : 
« Les groupes spirites sont fréquemment les jouets d’une illusion, trompés par leurs propres forces positives. Ils éloignent les messages spirites en leur substituant l’écho de leurs propres pensées et alors ils constatent des contradictions et des confusions, qu’ils attribuent complaisamment à l’intervention d’Esprits malveillants. » 
C’est pourquoi il est préférable de laisser les Esprits agir seuls sur le médium, en s’abstenant de toute intervention magnétique humaine. Le plus souvent, les fluides d’un magnétiseur, par leur état vibratoire particulier, contrarient ceux des Esprits, au lieu de les aider.

Ceux-ci doivent se livrer à un travail d’adaptation qui épuise les forces indispensables à la production des phénomènes. Un magnétiseur dont les fluides ne sont pas purs, le caractère droit, la moralité parfaite, peut, même sans le vouloir, influencer un sujet dans un sens très défavorable. 
Même lorsque l’action occulte est puissante et bien établie, il faut encore tenir compte de l’embarras de l’Esprit qui doit se communiquer à l’aide d’un organisme étranger, au moyen de ressources souvent restreintes. L’état d’harmonie entre les facultés de l’Esprit et celles du médium existe rarement, le développement des cerveaux n’est pas identique et les manifestations en sont contrariées. 
Cependant, quand on peut disposer d’un médium de réelle valeur, lorsque la possession est complète et la force suffisante pour écarter les influences contraires, on se trouve en présence de phénomènes imposants. L’Esprit se manifeste dans la plénitude de son moi, dans toute son originalité. Le phénomène des incorporations apparaît alors comme supérieur à tous les autres. 
Certains expérimentateurs se posent cette question :

l’esprit du manifestant s’incorpore-t-il effectivement dans l’organisme du médium ?

Ou bien n’agit-il pas plutôt à distance, par la suggestion mentale et la transmission de pensée, comme peut le faire l’esprit extériorisé du sujet ? 

Un examen attentif des faits nous porte à croire que ces deux explications sont également admissibles, suivant les cas. 
Au réveil, l’esprit du médium perd toute conscience des impressions recueillies dans l’état de liberté ; de même, il n’aura aucun sentiment du rôle que son corps a pu remplir durant la transe. Les sens psychiques, dont il avait repris un moment possession, s’éteignent de nouveau ; la matière étend son voile ; la nuit se fait ; tout souvenir s’évanouit. Le médium se réveille dans un état de trouble qui se dissipe lentement. 

Voici un exemple particulièrement explicite, il s’est produit en France en 1899 : « Le 13 janvier 1899, douze personnes s’étaient réunies chez M. David, place des Corps-Saints, 9, à Avignon, pour leur séance hebdomadaire de spiritisme. 
Après un moment de recueillement, on vit le médium, Mme Gallas, en état de transe, se tourner du côté de M. l’abbé Grimaud et lui parler dans le langage des signes employés par certains sourds-muets. Sa volubilité mimique était telle que l’Esprit fut prié de se communiquer plus lentement, ce qu’il fit aussitôt.

Par une précaution dont on appréciera l’importance, M. l’abbé Grimaud ne fit qu’énoncer les lettres à mesure de leur transmission par le médium. Comme chaque lettre isolée ne signifie rien, il était impossible, alors même qu’on l’eût voulu, d’interpréter la pensée de l’Esprit et c’est seulement à la fin de la communication qu’elle a été connue, la lecture en ayant été faite par l’un des deux membres du groupe chargés de transcrire les caractères. 
De plus, le médium a employé une double méthode, celle qui énonce toutes les lettres d’un mot, pour en indiquer l’orthographe, seule forme sensible pour les yeux, et celle qui énonce l’articulation sans tenir compte de la forme graphique, méthode dont M. Fourcade est l’inventeur et qui est en usage seulement dans l’institution des sourds-muets d’Avignon.

Ces détails sont fournis par l’abbé Grimaud, directeur et fondateur de l’établissement. La communication, relative à l’œuvre de haute philanthropie à laquelle s’est voué M. l’abbé Grimaud, était signée : frère Fourcade, décédé à Caen. Aucun des assistants, à l’exception du vénérable ecclésiastique, n’a connu ni pu connaître l’auteur de cette communication, bien qu’il eût passé quelque temps à Avignon, il y a trente ans, ni sa méthode.

 
Ont signé : les membres du groupe ayant assisté à cette séance ; Toursier, directeur de la Banque de France, en retraite ; Roussel, chef de musique au 58e ; Domenach, lieutenant au 58e ; David, négociant ; Brémond, Canuel, Mmes Toursier, Boussel, David, Brémond. 


Au procès-verbal est jointe l’attestation suivante : « je soussigné, Grimaud, prêtre, directeur-fondateur de l’institution des infirmes de la parole, sourds-muets, bègues et enfants anormaux, à Avignon, certifie l’exactitude absolue de tout ce qui est rapporté ci-dessus. Je dois à la vérité de dire que j’étais loin de m’attendre à une pareille manifestation, dont je comprends toute l’importance, au point de vue de la réalité du spiritisme, dont je suis un adepte fervent, je ne fais aucune difficulté de le déclarer publiquement. 
Avignon, le 17 avril 1899. 
Signé : Grimaud, prêtre. 

Depuis 1899, des milliers d’incorporations se sont produites apportant des preuves de la présence de nos proches et en ce XXIème siècle, il y a dans les centres spirites, nombre de médiums pyschophones qui permettent toujours d’affirmer que la vie dans l’au-delà se poursuit.

Gasparetto le peintre médium en état de transe

Gasparetto le peintre médium en état de transe

Publié dans Médiumnité

Commenter cet article

Nathalie Devaux 30/07/2017 16:54

Bonjour

Je viens de lire votre article, je voudrais savoir si un medium incorporé, et qui de plus a fait un voyage astral provoqué par un esprit peut se liberer et comment si l'esprit est resté dans le corps du medium, comment faire, est ce toujours l'esprit ou une partie du corps invisible du medium, ex le corps éthérée ou autres.
Pardon c'est complexe.

Bien à vous
Nathalie