A mon amie Colette qui s'en est allée

Publié le par Muse

Je vais vous parler de la 1ere manifestations d'un défunt, mais je ne l'ai compris que quelques jours après.

Il y a quelques années, je venais de me séparer de mon ex-conjoint, j'étais dans une période de troubles, de mal-être, je venais de prendre la décision que notre couple ne rimait à rien, je pris donc cette décision de prendre mon indépendance avec mes 3 enfants.

J'ai été bien soutenu dans cette période, mais je me sentais très seule.

J'avais une amie chère à mon coeur que je connaissais depuis quelques années, je l'avais rencontré dans le milieu de mon travail.

Cette amie se prénommait Colette, elle était 25 ans mon ainée, elle allait avoir 60 ans, malgré son âge, une femme élégante, coquette,  je l'adorais, elle vivait seule également avec sa fille qui était majeure, c'était une femme qui  a eu une vie bien remplie, sauf ses dernières années, elle avait beaucoup voyagé,  elle me parlait souvent de l'afrique dont elle a vécu quelques années, elle avait vécu la plus grande passion de sa vie, le "vrai Amour", c'était une passionnée, mais plus les années passèrent plus, elle ne comprenait pas le sens de sa vie, elle était meurtrie pas la solitude de ses dernières années.

En cette période, j'ai vu Colette chuter dans une dépression très grave, j'ai été présente comme j'ai pu, je l'ai soutenu comme j'ai pu, je la boustais, mais les derniers mois passé sur terre, je sentais qu'elle vivait déjà dans son monde à elle.

Elle a fait deux tentatives de suicide, elle est partie à plusieurs reprises dans des maisons de repos, elle revenait à chaque fois avec une mine lumineuse.

Les mois sont passés, je me sentais très fragile par ce que j'étais entrain de vivre, par mes propres épreuves, des enfants en bas age que je devais gerer et surtout ne pas fléchir.

Je sentais que Colette n'allait pas bien du tout. Mais je n'aurais jamais imaginé ce qu'il allait se passer les mois suivants.

Septembre 2007, je lui ai proposé de venir un week end à la maison, passé des moments avec nous (elles adoraient mes filles), déjà pour qu'elle ne soit plus seule, cela arrivait de temps en temps, elle en était ravie.

Durant ce week end, je l'ai motivé pour qu'on aille se promener en forêt.

Nous vivions à cette époque à 15 km de Lourdes.

Je décide de l'emmener dans la forêt de Lourdes, on s'est promené plusieurs heures, ce bol d'air nous a fait du bien, puis on est allée en ville à Lourdes, cette petite promenade était excellent.

Le lendemain matin, enfin il était presque midi, un peu inquiète de ne pas voir Colette se lever, je frappe à la porte,  je lui dis qu'il est temps de se lever, elle me répond qu'elle ne va pas bien et qu'elle préfére resté coucher.

Gentillement, je lui fais comprendre que je comprenais son mal-être mais que je ne pouvais cautionner son attitude, j'avais 3 enfants en bas-age et je devais les proteger, je décide de la ramener chez elle.

Etant toujours dans une fragilité extrême, je décide de couper les ponts le temps qu'il faudra avec toutes les personnes négatives qui pouvait m'entrainer eux-même dans une dépression.

 

Les mois passent.

 

Colette a essayé de m'appeler à de multiples reprises, laisser des messages, envoyé des mails, je suis restée dans le silence.

 

Les beaux jours arrivent.

 

Je me rappele de cette date, car elle est importante à mes yeux pour de multiples raisons.

Le 6 mai, il faisait beau, un soleil magnifique, nous pouvions ouvrir les fenêtres une bonne partie de la journée, l'été était si proche.

Cet après midi là, je venais d'emmener les enfants à l'école, il devait être 14h.Je décide de me mettre un peu au calme devant la télévision.

Là soudain, plus d'électricité, je vais regarder le compteur, je remarque qu'il a disjoncté, je le réenclenche, ça fonctionne, je retourne au salon et rebelote, ça redisjoncte, là je commence à me poser des questions, dans ma maison seule la télévision fonctionnait, donc je ne comprenais pas.

Cela a continué 4/5 fois à la suite, puis après tout est redevenu à la normale.

Je vais frapper à la porte des voisins pour leur demander si chez eux, ils ont eu ce problème, hors non rien à signaler. Ce jour là je me pose des questions mais n'ayant aucune réponse, je passe à autre chose.

Une semaine passe, je pars avec les enfants faire les courses et je croise des anciens collègues de travail, je leur dis bonjour, nous discutons de choses et d'autres, c'est là qu'on m'annonce la nouvelle.

 

"Tu n'as pas su?"

"Quoi donc?"

"Colette s'est suicidée, elle y est enfin arrivée, il y a tout juste une semaine"

 

Là j'ai eu l'impression que le ciel me tombait sur la terre. Je me rends compte et je comprends  que Colette n'est plus parmi nous, j'ai su à l'instant même que c'était elle qui venait me faire ses adieux.

C'était le 6 mai, le jour de son anniversaire, elle fêtait ses 60 ans. J'ai mis plusieurs années à m'en remettre de cette disparition, je me suis culpabilisée de n'avoir pas été plus présente, mais dois-je m'en vouloir si j'ai voulu me proteger, moi et mes enfants?

Aujourd'hui je sais que Colette ne m'en veut pas, je vous raconterai dans un prochain article notre pardon à l'une et à l'autre. Colette tu seras toujours dans mon coeur.

 

Afrique.png

 

Publié dans Expériences vécues

Commenter cet article