Astral...dédoublement... détachement...

Publié le par muse

 

Durant le sommeil du corps physique, notre être psychique s’éloigne un peu, c’est une sorte de détachement, c’est la sortie de l’âme du corps et nous la pratiquons chaque fois que nous dormons.

L’Esprit retrouve une partie de son indépendance mais reste toujours lié au corps car un détachement absolu et définitif provoquerait la mort.

Le dédoublement est un dégagement de l’âme, c’est une sortie hors de son corps.

Appelée actuellement par les chercheurs une EHC c’est-à-dire une expérience hors du corps, elle est un état modifié de conscience où le sujet ressent son esprit séparé de son corps physique mais de façon plus vraie qu’un rêve.

Ce dédoublement peut se faire lors du sommeil ou sous influence magnétique ou encore lors d’une violente émotion, d’une maladie ou au moment de l’agonie.

 

Voici comment cela se passe :

 

les liens de l’âme qui l’attachent au corps se relâchent peu à peu et elle s’élève. A mesure que sa lucidité s’accroît, sa pénétration s’étend ; le cercle de ses perceptions s’élargit.

En même temps, les couches obscures, les régions cachées du moi se dilatent, s’éclairent, entrent en vibration, alors les facultés psychiques comme la vision à distance, l’audition entrent en jeu. Parfois et cela est plus rare, cette âme qui s’extériorise peut prendre une forme fluidique.

Elle peut apparaître et être observée, c’est ce que l’on appelle le fantôme des vivants. De tout temps, on a observé ces cas et les témoignages sont nombreux. Tacite rapporte que Basilide apparut à Vespasien dans un temple d’Alexandrie, alors qu’il était retenu par la maladie à plusieurs journées de distance.

Ces fantômes peuvent agir sur la matière, ouvrir ou fermer des portes, laisser des traces de doigts sur la poussière des meubles et même des communications écrites. A Lyon, dans les années 1911, de nombreuses expériences ont été faites et de nombreuses photos ont été prises de fantômes de vivants.

 

 

dedoublement.JPG

 

 

Comme sur celle-ci, on voit la médium qui est assise avec un monsieur et une dame derrière elle. Sur le côté gauche, son double apparaît, l’expression est différente, les yeux sont plus tournés vers la droite.

 

A l’heure actuelle, on estime que 10% de la population française a vécu au moins une expérience de sortie de corps même si elles sont souvent associées dans le monde médical à des problèmes médicaux que l’on nomme dépersonnalisation ou dissociation.

Alors, c’est en écoutant chaque expérience que l’on peut déceler avec précision si elles relèvent de troubles de la personnalité.

On a des sensations différentes suivant le stade de dégagement obtenu.

La première fois que cela se passe, les personnes se trouvent souvent effrayées.

En général, au début, elles ont souvent l’impression qu’elles rêvent mais lorsqu’elles se voient au-dessus de leur corps et qu’elles constatent qu’elles se trouvent presque collées au plafond, elles s’interrogent.

Elles entament un dialogue intérieur rapide pour essayer de comprendre ce qui arrive et comment réintégrer leur corps physique.

D’autres fois, et c’est moins courant, leur main se déplace pour saisir un objet, elles s’aperçoivent qu’elle passe à travers la matière. Expérience traumatisante pour certains qui ignorent tout des possibilités de l’âme, elle peut être riche pour le médium qui connait davantage l’étendue de ces propriétés.

En poursuivant, on peut se déplacer et se familiariser avec cette expérience. Après plusieurs sorties, on peut comprendre la manière dont il faut procéder.

On constate souvent avant que le phénomène se produise, on ressent des vibrations diverses dans le corps et des sons comme des vrombissements dans les oreilles.

Bien orienté, ce dédoublement peut permettre à un médium d’obtenir des fluides pour guérir comme le faisait le zouave Jacob.

Il permet aussi de rentrer en communication avec des Esprits familiers ou instructeurs ou souffrants. Le champ d’investigations est vaste et reste à exploiter encore.

 

source : centre spirite lyon

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article